Ce  que nous croyons

Pour Texte noir sur blancCeQueNousCroyonsNoirEtBlanc.htmlCeQueNousCroyonsNoirEtBlanc.htmlshapeimage_1_link_0
 
 

Voici quelques unes de nos croyances les plus descriptives. Nous ne vous donnerons pas en détails toutes nos croyances puisque la Bible toute entière est notre croyance. Elle qui constitue la plénitude de la révélation de Dieu aux hommes pour leur accorder le salut éternel (Hébreux 10. 1; Romains 15. 4).


Vous pourrez vérifiez dans les Écritures ce que nous croyons. En effet, pour vous faciliter la tâche, nous avons inscrit les références bibliques d'où découlent nos croyances. Chacune de ces références bibliques sont prisent dans leur contexte. Nous vous encourageons fortement à les lire dans la Bible pour vérifier la véracité de notre message (Actes 17. 10).


Nous sommes ce que nous sommes à cause de l'appel de Dieu dans l'Évangile à travers Jésus, Son Fils, que nous avons pris au sérieux et à qui nous avons obéi.  En effet, la vie de Jésus, ses oeuvres, ses enseignements et son sacrifice ultime pour racheter chaque être humain du Jugement à venir, nous ont touchés profondément.  Par respect pour lui et sa Parole, nous avons répondu à son appel comme il le demande, «Venez à moi vous tous qui êtes fatigués et chargés, et je vous donnerai du repos.» (Matthieu 11. 28-30). Évidemment, cet appel ne s'adresse pas à nous seulement, mais à vous et à tous les hommes et à toutes les femmes ( Actes 8. 12).


Nous ne croyons pas en un salut subjectif, mais en un salut objectif. En d'autres mots, nous croyons que le Salut ne s'obtient que par l'obéissance à l'Évangile et non par des sentiments ou des expériences (Luc 6. 46-47; Matthieu 7. 21-23). À priori, le Salut est accordé dès que le pécheur est passé par la “nouvelle naissance” telle qu'exigée et décrite par la Parole du Seigneur (Jean 3. 1-8; Romains 6. 3-11; Tite 3. 5). Pour arriver à la “nouvelle naissance”, le pécheur doit croire en l'Évangile (Romains 1. 16, 17) et y obéir (Marc 16. 15, 16; 2 Thessaloniciens. 1, 8). La foi et l’obéissance à l’Évangile s'expriment par la repentance (Actes 2. 38-41; 3. 19; Esaïe 53. 6), la confession que Jésus est Fils éternel de Dieu (Jean 8. 24, 28, 58; Actes 8. 35-37) et par l’immersion dans l'eau (le baptême). Au moment du baptême on reçoit le pardon des péchés et le don du Saint-Esprit (Actes 2. 38; 5.32; Gal. 3, 26-4. 6). Car c’est au moment du baptême que le  pécheur exprime sont engagement devant Dieu (Hébreux 10. 22;1 Pierre 3. 20, 21; Éphésiens 5. 25, 26).  Après le baptême, l’on doit persévérer jusqu’à la mort (Actes. 2. 38-47; Hébreux 3. 12-14). Ceci est le plan de Salut de l'Évangile. Nous nous y sommes conformés.


Nous croyons que le salut ne se mérite pas. Il est donné par Grâce (Éphésiens 2. 1-10). Aucune de nos bonnes oeuvres ne pourrait nous accorder le salut. C’est Jésus qui a payé totalement notre rançon à la croix du calvaire (1Corinthiens 7. 23; 1Pierre 2. 24, 25). Nous croyons que nous sommes pécheurs et que nous le serons toujours (1 Jean 1. 8, 9). Malgré cela, nous devons nous repentir constamment de toutes nos fautes afin de bénéficier de son pardon quotidien qui a pour but de nous diriger vers l'amélioration constante. Dieu veut que nous nous approchions de la perfection (Hébreux 12. 1, 2). Néanmoins, nous savons que notre faiblesse humaine sera remplacée par la perfection ultime lors de sa deuxième et dernière venue (1 Corinthiens 15. 51-58; Hébreux 9. 27, 28) à travers laquelle les vrais croyants iront à sa rencontre dans les airs (1 Thessaloniciens 4. 15-17). Cette deuxième venue de Jésus, qui est toujours imminente (1 Thessaloniciens 5. 1, 2), mettra une fin définitive à ce monde physique pour faire place à la cité de justice où Dieu habite (1 Pierre 3. 13).


En ce qui concerne l'interprétation des Écritures, nous croyons qu'aucune parole de «...l'Écriture ne peut faire l'objet d'interprétation particulière...» (2 Pierre 1. 20). Nous sommes persuadés que le problème de la division dans le christianisme est dû au fait que les dirigeants des diverses dénominations interprètent la Bible comme ils le veulent alors qu'ils devraient plutôt enseigner pleinement le message divin. Malheureusement, en agissant ainsi ils ne font que progresser dans l'erreur (Luc. 8.16-18) et qu’égarer les âmes loin du Seigneur. C'est notre plus grand désir de voir se convertir les religions dites chrétiennes au vrai christianisme. Toutefois, tant et aussi longtemps que les hommes n'accepteront pas de se soumettre aux enseignements du Maître, il y aura toujours une division progressante dans le  faux christianisme (Marc 7. 6-13; 2 Jean 9; Proverbes 30. 5, 6). Heureusement il y a quand même des millions de gens qui ont compris la fidélité à la parole du Seigneur et qui forment cette unité. Car la fraternité de l’Église du Seigneur s’étend dans le monde entier.

 
page suivanteCeQueNousCroyons2.html